Historique

Plus d’un siècle pour notre musique que nous allons évoquer rapidement en privilégiant l’aspect humain.
 
On peut penser qu’un début de formation musicale ait existé vers 1895 mais la loi de 1901 sur les associations permettra la naissance officielle de la Fanfare d’Ecueillé en 1904.
 
En 1909 Albert Jahan, horloger à Ecueillé, en est le directeur et très vite il devient le président fondateur de la FSMI (Fédération des Sociétés Musicales de l’Indre). L’article premier des statuts stipule que « la société a pour but de cultiver l’art musical, d’en répandre le goût et d’en partager l’étude » ; 100 ans plus tard nous ne faisons rien d’autre ! C’est ainsi, sous l’impulsion de Monsieur Jahan que la fanfare a progressé très vite. A l’époque elle participe à des concours internationaux : Dieppe, Montluçon en 1910, La Rochelle en 1911 où elle remporte un deuxième prix de lecture à vue.
 
En 1931, on la retrouve à Boulogne-Billancourt, au milieu de musiques belges, hollandaises et anglaises, sous la direction de Léon Bodin, où elle décroche cette fois ci un premier prix de lecture à vue, ce qui lui permet d’accéder à l’échelon supérieur.
 
En 1937, la Fanfare d’Ecueillé est remarquée à Saint-Malo puis la deuxième guerre, tout comme la première, vient perturber son ascension. En 1945, notre musique participe à des concerts au profit des prisonniers de guerre, et assure bien sûr l’animation musicale du pays.
 
Dans les années 50 et 60 Valentin Baudet sera directeur et d’autres Ecueillois oeuvreront activement au développement de la fanfare : Michel Fleurot, Marcel Lanore, Claude Mirault…
 
En 1958 Guy Dumont devient trésorier et il le restera 33 ans jusqu’en 1991.
 
Les années 70 et 80 verront Hubert Giraud présider aux destinées de la société.
 
La première musicienne entrera dans les rangs de la fanfare en 1976. Elle avait 12 ans et jouait du saxophone alto. On lui fit porter un pantalon car la fanfare n’avait pas de jupe à lui fournir. Il s’agit de Marie-Pierre Rotailleau. Roger Brault avait fait franchir un premier pas vers la parité « musicien –musicienne » qui est dans nos rangs aujourd’hui.
 
Roger Viraud sera directeur de 1978 à 1991. Des « soirées musicales » avec des formations de renommée nationale, telles que les musiques de la Garde Républicaine ou l’Armée de l’Air, seront organisées.
 
Les années 90 seront celles du développement de l’école de musique. Jacky Gauthier président de 1991 à 2000, Jean Pierre Jacquelin président de 2000 à 2002, Jean Aufrére président depuis 2002 et Stéphane Réthoré directeur depuis 1992 inscrivent de nombreux jeunes à l’école de musique où les professeurs sont souvent issus des rangs de l’harmonie.
 
En 1996 la Fanfare d’ Ecueillé devient Société Musicale Ecueilloise.
 
Avec Stéphane Réthoré la Société Musicale reprend le chemin des concours. Elle a préparé un nouveau concours en 2005 et les efforts de tous ont été récompensés. Nous avons en effet obtenu un premier prix, et accédons, de ce fait, en division supérieure, première section. Les membres du jury ayant été surpris par la jeunesse des musiciens et par la présence, à ce niveau, d’une société représentant une ville de 1400 âmes seulement.